Accueil 9 – Le Conseil

9 – Le Conseil

par benraconte

Larry repousse la grille de l’ascenseur. Il vous guide à travers un long couloir sombre, avant d’ouvrir une massive porte en fer tout au fond. Vous entendez des gens discuter de l’autre côté. Votre compagnon entre le premier. Vous le suivez sans réfléchir.
Vous arrivez dans un grande salle circulaire au plafond soutenu par d’imposants piliers en acier, comme si vous étiez à l’intérieur d’un monument antique, mais dont la pierre avait laissé place à la ferraille. Au centre, plusieurs personnes sont assises autour d’une imposante table ronde, la mine grave.
Discrètement, vous prenez place sur l’une des chaises en fer inoccupée, non loin de Larry, alors qu’un homme se lève pour prendre la parole.
La situation est catastrophique ! s’écrit-il. La bombe a quasiment détruit toute l’installation du générateur. Il nous faudrait des mois pour le réparer ! Mais ce n’est pas le pire ! L’explosion a perturbé l’équilibre dans la chambre magmatique. Le volcan commence à se réveiller !
Des murmures inquiets commencent à résonner dans la salle. L’homme reprend :
Je ne sais pas combien de temps il nous reste, mais si le volcan se réveille, il engloutira notre ville en un rien de temps !
Un autre homme, situé à l’opposé, frappa du poing sur la table, avant de se lever à son tour. Il s’écrie :
En tant que Chef des Ingénieurs, vous avez bien une solution ! C’est votre boulot après tout ! Vos prédécesseurs ont forcément dû avoir pensé à cette éventualité lorsque la Fournaise a été construite !
Un brouhaha d’approbation se fait bientôt entendre.
L’Ingénieur se frotte nerveusement la barbe, avant de répondre :
Bien-sûr qu’on y a pensé. Il suffirait de déplacer la ville, mais…
Eh bien, qu’est ce qu’on attend ! l’interrompit l’autre.
L’explosion a aussi endommagé les jambes mécaniques de la cité. Nous avons déjà commencé les réparations.
L’homme, énervé, ouvre la bouche pour riposter, mais il est stoppé dans son élan par l’intervention d’une femme, qui se lève à son tour :
Je sais que tu t’en veux, Thomas, de ne pas avoir réussi, toi et tes Cerbères, à anticiper cet attentat ! Mais il ne faut pas. La situation au quartier industriel est intenable. Vous ne pouviez pas être sur tous les fronts. Vous nous avez déjà permis d’éviter un grand nombre de catastrophes. Grâce à vous, la ville n’a pas basculé dans le chaos.
Thomas la regarde quelque instants, avant de se rassoir en silence, visiblement calmé. La jeune femme parcourt l’ensemble de la table du regard. En s’arrêtant devant Larry, un sourire se dessine sur son visage. Vous jetez à un coup d’œil en direction de votre guide qui lui rend son sourire. Lorsque vous tournez à nouveau la tête vers elle, son regard s’est posé sur vous. Ses yeux verts vous pénètrent. Vous vous sentez à nu, sans défense. Elle semble tenter de vous percer à jour. Après quelques secondes qui vous paraissent des heures, elle cligne des yeux avant de se tourner vers l’assemblée.
Mes amis, mes confrères. Comme l’a dit Simon, la situation est catastrophique, mais nous sommes le Conseil et nous n’avons pas le droit de laisser place à la panique ! Les citoyens de cette ville nous ont élu pour les représenter. Ils comptent sur nous pour les sortir de cette crise alors nous devons trouver des solutions ensemble ! C’est l’avenir de la Fournaise qui en dépend !
Un tonnerre d’applaudissements résonne dans la salle. Les élus semblent avoir repris confiance.
— Il faut qu’on s’organise, reprend-elle.
Elle marque un temps de pause, le regard dans le vide, avant d’enchaîner :
— On doit se servir des trois piliers de cette ville pour résoudre ce problème. Voilà comment je vois les choses. La première chose à faire est d’empêcher d’autres attentats de ce genre pour nous permettre d’envisager la suite sans risque. Thomas, les Cerbères doivent en priorité enquêter dans le quartier industriel et démanteler la cellule terroriste à l’origine de cette bombe.
Le Chef des Cerbères hocha la tête.
— Deuxièmement, Simon, toi et les Ingénieurs, vous devez à tout prix réparer le mécanisme de déplacement de la cité. Le volcan est devenu dangereux, on ne peut pas se permettre de rester ici plus longtemps.
L’Ingénieur acquiesça.
— La dernière chose à faire est de trouver un nouvel endroit pour s’installer. Un lieu où on pourrait exploiter l’énergie géothermique du sol pour faire fonctionner la Fournaise. Moi et mes Éclaireurs, on s’en occupe. On va remuer ciel et terre pour trouver l’emplacement idéal.
Un applaudissement général s’élève. La Chef des Éclaireurs s’apprête à se rasseoir, mais son regard se pose à nouveau sur vous. Elle se tourne vers Larry :
— Qui est cette personne ?
— Je l’ai trouvée errant dans les Terres Gelées, complètement délirante. Je ne sais pas d’où elle vient, mais certainement pas de la Fournaise. Je voulais vous l’amener pour avoir votre avis.
La femme se tourne vers vous.
— Comment vous appelez-vous ?
Vous lui donnez votre nom sans réfléchir.
— Et d’où venez-vous ?
Vous préférez rester évasif et plaidez pour une amnésie.
— Et que comptez-vous faire ici ?
Après un temps de réflexion, vous lui annoncez que vous êtes à la disposition du Conseil.
— Je vois.
Elle s’adresse à l’assemblée.
— Qu’en pense le Conseil ? A quoi pourrait bien nous servir une personne amnésique ? Des idées ?
La salle reste silencieuse.
— Personne ?
Larry intervient soudainement :
— On pourrait l’affecter à une de nos factions. Je sais qu’on ne connait rien de cet étranger, mais on manque cruellement de personnel en ce moment…
— C’est une idée, répond la Chef.
Elle se tourne vers vous et vous toise du regard.
— Personnellement, je n’ai aucune confiance en vous. Vous arrivez comme par hasard le jour de l’attentat. Mais je suis d’accord avec Larry. Des bras en plus ne seraient pas de refus. Et puis cela nous permettra de constamment garder un œil sur vous. En cas d’incident, je vous envoie illico dans la prison de la Cité. Au dernier niveau, juste à côté de la lave en fusion. On s’est bien compris ?
Vous acquiescez sans tarder.
— Nous allons quand même vous laisser choisir votre camp. Chacune de nos factions vient de se voir attribué une mission pour résoudre cette crise. Vous allez donc rejoindre l’une d’entre elles selon votre préférence. Je vous invite à vous rapprocher du Chef correspondant pour la suite.
Elle s’adresse ensuite à l’assemblée :
— Bien. Avec l’accord de mes deux confrères, je propose que l’on mette fin à la séance et que l’on se mette immédiatement au travail.
Les Chefs des Cerbères et des Ingénieurs opinèrent.
— Bien. La séance est levée.
Les élus se dispersèrent peu à peu, quittant la salle les uns après les autres.
Après un signe de tête amical, Larry s’est dirigée vers sa supérieure.

Si vous souhaitez rejoindre la mission des Éclaireurs, rendez-vous ICI.
Pour rejoindre les Cerbères, rendez-vous ICI.
Si vous préférez aider les Ingénieurs, rendez-vous ICI.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation. Accepter En savoir plus